Le beaujolais nouveau, une passion à partager

On ne présente plus le célèbre breuvage dont la renommée internationale a depuis des décennies franchi son aire de production à la croisée des régions Auvergne-Rhône-Alpe et Bourgogne-Franche-Comté. Le lancement du beaujolais nouveau, qui tombe cette année le 19 novembre, est une date incontournable et festive pour les inconditionnels de ce vin primeur à la forte personnalité.

Le troisième jeudi de novembre est depuis 35 ans un rendez-vous bien ancré chez les amateurs de vin. Chaque année, cette date est attendue avec impatience afin de déboucher la cuvée de beaujolais nouveau. Et découvrir ainsi ce qu'a produit cette célèbre région viticole d'environ 15 000 hectares située entre Lyon et Maçon. Si beaucoup se retrouvent habituellement dans les bars de France ou d'ailleurs pour cette occasion, c'est bien sûr dans la région natale du beaujolais que l'effervescence pour ces réjouissances annuelles est la plus vive.

Engouement populaire pour le lancement

« Chaque année nous avons une forte affluence dans notre domaine le jour du lancement du beaujolais nouveau et le week-end qui suit, avec des gens qui viennent de loin pour goûter la nouvelle cuvée » témoigne Bérengère Perras, productrice du réseau Bienvenue à la ferme. Sa famille s'occupe d'un domaine de 12 hectares en agriculture biologique situé au sud de cette région viticole pentue aux terroirs variés. En raison de la crise sanitaire, le grand rendez-vous de novembre ne pourra bien sûr pas cette année donner lieu aux habituelles célébrations du beaujolais nouveau dans la région, avec ses traditionnelles processions et ses festives mises en perce des tonneaux. Mais cela n'empêchera pas les amateurs de déguster la cuvée 2020 avec curiosité, par exemple en l'achetant directement dans les domaines, dont beaucoup ont mis en place un système de « drive », ou chez les revendeurs. D'autant que la cuvée de l'année s'annonce prometteuse, le raisin ayant bénéficié d'un été particulièrement chaud.

Un vin synonyme de convivialité qui séduit aussi à l'étranger

« Le beaujolais nouveau de l'année devrait être bon », confirme Bérengère Perras. « Nous avons fait des vendanges précoces pour produire un vin de belle qualité, alliant matière et souplesse, même si nous n'avons pas eu de grands rendements ». Dans son domaine de Saint-Germain-Nuelle, dans la belle région des « Pierres Dorées », la famille Perras produit depuis trois générations différents vins en monocépage à l'identité forte, sur un sol principalement argilo-calcaire. Sans pousser les rendements et en visant l'authenticité de chaque parcelle, ces producteurs manifestent une vraie fierté pour les traditions du Beaujolais, qu'ils font découvrir en ouvrant grandes les portes de leur domaine. « Nous avons à coeur de nous améliorer continuellement pour prouver que l'on travaille sur un terroir magnifique et capable de qualité », résume Bérengère Perras.

Preuve que les vins de ce domaine sont appréciés, ils attirent habituellement pour le lancement du beaujolais nouveau des amateurs qui reviennent tous les ans. Certains font même le déplacement depuis l'étranger. Le beaujolais nouveau, apprécié pour son côté primeur et ses saveurs fruitées, s'est en effet depuis plusieurs décennies taillé une place à part dans le milieu viticole français. Vin convivial par excellence, il est aussi très populaire à l'international et dégusté dans le monde entier, s'exportant dans 111 pays différents. En Europe, en Chine, en Russie, en Amérique du Nord ou notamment au Japon, beaucoup d'amateurs attendent donc eux aussi ce rendez-vous annuel.

Les bouteilles de ce vin primeur pouvant être légalement débouchées dans la nuit du mercredi au jeudi à minuit, ce sont d'ailleurs les Japonais qui ont la chance chaque année, grâce au décalage horaire, d'être les premiers à découvrir le beaujolais nouveau.


Crédit photo : Le Domaine des Pampres d'Or à Saint Germain-Nuelles (69)

Suivez-nous :

InstagramYoutubeLinkedIn